La Chine puissance et mutations

Deuxième puissance économique mondiale, la Chine fascine autant qu’elle inquiète. Voici quelques émissions à visionner ou à écouter . 

La  Chine, première puissance mondiale ? (France Inter, le 11 août 2014) (à écouter à partir de la 9° minute)

http://www.franceinter.fr/emission-le-debat-de-midi-la-chine-premiere-puissance-mondiale

La Chine s’est -elle enrayée ? 

L’an dernier c’était la consécration, la Chine devenait première puissance économique mondiale. Cet été (2015)le pays du yuan, converti au dollar, montre des signes de faiblesse et c’est gênant pour l’économie mondiale.

http://www.franceinter.fr/emission-le-debat-de-midi-la-chine-s-est-elle-enrayee

 

c’est aussi la question que pose la vidéo du « Dessous des Cartes » diffusée sur Arte en avril 2013.

Elle doit faire face à des difficultés économiques ainsi qu’à une contestation sociale croissante. Le modèle chinois est-il en danger ? Afin de répondre à cette question, le Dessous des Cartes étudie les défis auxquels la Chine sera confrontée dans les prochaines décennies.

tensions Chine /Japon : les îles Senkaku

Situées en mer de Chine orientale, ces îles actuellement japonaises sont l’objet de vives tensions entre la Chine et le Japon.  

voilà ma source pour cet article : http://www.lecafuron.fr/2014/10/mission-glorieuse-quand-la-chine-se-lance-a-l-assaut-des-iles-senkaku.html (blog d’histoire-géographie que je vous incite à visiter)

vue d'un des îlots

vue d’un des îlots

source : dix clés du contentieux sino-japonais, lefigaro.fr, 28 septembre 2012

source : dix clés du contentieux sino-japonais, lefigaro.fr, 28 septembre 2012

Il existe en Chine un jeu vidéo , résultat d’une collaboration entre la société Giant Interactive et l’armée chinoise. Exaltant le sentiment nationaliste, il s’inspire d’un simulateur de combat utilisé par les soldats de l’armée populaire de Chine.  Les joueurs ont  ainsi la possibilité de reconquérir  (virtuellement) des îles « injustement » occupées par l’ennemi japonais et ainsi affirmé la puissance de la Chine en Asie orientale.  Illustration du « soft power » à la chinoise, les autorités  entretiennent auprès d’un public jeune et masculin le sentiment nationaliste et espèrent ainsi améliorer le recrutement de son armée

 capture écran du jeu "mission glorieuse"

capture écran du jeu « mission glorieuse »

 une vidéo d’avril 2014 pour comprendre le conflit 

les PPICS remplaceront t-ils les BRICS ?

J’adore mon titre ! il s’agit d’un extrait d’un article sur les « nouveaux pays émergents ». Vous devez savoir les placer sur une carte des territoires de  la mondialisation . 

source : http://www.agenceecofin.com/economie/2603-18693-quatre-pays-africains-rejoignent-le-peloton-des-emergents-selon-coface

L’assureur-crédit Coface a identifié dix nouveaux pays émergents parmi lesquels figurent quatre pays africains. Ces nouveaux pays émergents apparaissent aujourd’hui comme des relais de croissance aux grands émergents, dont les perspectives, après dix ans d’une course effrénée, s’annoncent moins encourageantes. Les dix nouveaux émergents ne sont pas, toutefois,  égaux en matière d’environnement des affaires. Ce qui conduit Coface à en distinguer deux groupes: le premier groupe comprend le  Pérou, les Philippines, l’Indonésie, la Colombie et le Sri Lanka. Désignés sous l’acronyme des «PPICS», ces cinq pays ont pour point commun d’offrir aujourd’hui un réel potentiel de développement doublé d’un environnement des affaires serein (évaluation A4 ou B, un niveau similaire à celui des BRICS aujourd’hui), soit pas ou peu de corruption, des délais de paiement respectés, une information la plus transparente possible, etc.

En même temps que les «PPICS», l’assureur-crédit identifie un autre peloton de champions en devenir, en l’occurrence le Kenya, la Tanzanie, la Zambie, le Bangladesh et l’Ethiopie. Ils présentent, eux aussi, un réel potentiel de croissance, mais avec un environnement des affaires très difficile (évaluation C) ou extrêmement difficile (évaluation D), ce qui pourrait être un frein à l’exploitation de leur potentiel. «Naturellement, les pays du second groupe auront plus de difficultés et pourraient mettre plus de temps à pleinement exploiter leur potentiel de croissance. 

Toutefois, quelques faiblesses par rapport aux BRICS dans les années 2000 persistent. Premièrement, les 10 «nouveaux émergents» identifiés ne représentent actuellement que 11% de la population mondiale alors que les BRICS représentaient 43% de cette population en 2001. Deuxièmement, leur niveau de PIB ne représente que 70% de celui des BRICS en 2001. Enfin, les BRICS enregistraient en moyenne un excédent de la balance courante alors que les «nouveaux émergents» connaissent un déficit d’environ 6% du PIB. «La croissance des économies développées étant aujourd’hui structurellement plus faible, les «nouveaux émergents» pourront moins bénéficier du commerce vers ces pays que les BRICS dans les années 2000. Leur rythme d’expansion dépendra davantage de leur marché intérieur et de leurs exportations vers les autres pays émergents».

Quelle croissance pour l’Afrique ?

Voici des extraits d’un article tiré du site de la Banque mondiale et actualisé en septembre 2015 : http://www.banquemondiale.org/fr/region/afr/overview

La croissance de l’Afrique subsaharienne devrait atteindre 4,2 % en 2015, contre 4,6 % en 2014. La baisse de 0,4 point de pourcentage s’explique par une révision à la baisse des projections de croissance pour l’Angola, le Nigéria et l’Afrique du Sud.

Cette progression sera tirée par la demande intérieure, elle-même portée par la poursuite des investissements d’infrastructure et la consommation des ménages, laquelle bénéficie de la baisse des prix pétroliers. Elle sera également soutenue par la demande extérieure, en raison de l’amélioration des perspectives de croissance dans les pays à revenu élevé.

 

Le montant des transferts d’argent des migrants à destination de l’Afrique subsaharienne devraient ralentir en 2015, sous l’effet notamment de l’appréciation du dollar, avant de grimper à nouveau progressivement en 2016–17. Quant aux investissements directs étrangers (IDE), ils ne devraient guère contribuer à la croissance en raison du ralentissement des investissements chinois et du bas niveau des prix des produits de base.

Dans les pays exportateurs de pétrole, la situation budgétaire devrait rester tendue tout au long de l’année 2015.

Les perspectives économiques de la région continuent d’être exposées à des risques de révision à la baisse. Les principales menaces endogènes qui pèsent sur l’Afrique subsaharienne en 2015 relèvent de facteurs politiques, avec la tenue d’élections dans un certain nombre de pays alors que d’autres sont le théâtre de mouvements insurrectionnels ou terroristes.

En outre, la précarité des systèmes de santé demeure préoccupante. L’épidémie d’Ebola a démontré l’urgence de disposer de systèmes sanitaires plus efficaces, mieux financés et plus résilients sur le continent, afin d’enrayer les maladies contagieuses comme le paludisme, la tuberculose et le VIH/sida. Le développement de services de santé de base de qualité fait toujours partie des priorités.

Sur le plan extérieur, un ralentissement plus marqué que prévu en Chine, la poursuite de l’effondrement des cours du baril, un coup d’arrêt à la reprise en Europe ou une brusque détérioration de la liquidité mondiale constituent les principaux risques.

la chanson du chapitre Sahara :ressources et conflits

Il y a 30 ans Daniel Balavoine s’écrasait en hélicoptère  sur une dune du Mali avec ses cinq passagers, dont Thierry Sabine , le directeur du Paris -Dakar .

Daniel Balavoine avait participé à cette course en temps que pilote mais il avait découvert l’Afrique , ses habitants et s’était engagé dans l’action humanitaire: En janvier 86, il se rend en Afrique et suit l’acheminement de  pompes destinées aux populations locales dans le cadre de l’opération « Pompes à eau pour l’Afrique »

« L’enfant séché sur le sol d’Erythrée
Les traits tirés
Tire un trait
Sur cette terre aride et ridée
Dont il a hérité »

Je vous joins une carte pour que vous situiez l’Erythrée dont il parle . la chanson date de 1985 .

Carte_erythree (1)

la  même année est créée Chanteurs sans frontières,  une association française présidée par la femme de Renaud ; elle imite ce que font les chanteurs anglo saxons au même moment avec « Live Aid » (Bob Geldorf); Le groupe musical formé pour l’occasion a sorti, le maxi 45 tours SOS Éthiopie. La chanson a été écrit par Renaud .

Quel est le rapport avec notre programme de géographie ?

L’Ethiopie traverse alors une famine provoquée à la fois par le manque de pluie mais aussi à cause de la rébellion de plusieurs groupes de population .Les combats qui se déroulaient dans la province de l’Érythrée et aux alentours, empêchaient le passage d’approvisionnements. Le gouvernement a été accusé pour son incapacité à y faire face .À la fin de l’année 1984, l’émotion internationale suscitée par les images de la famine (je préfère ne pas vous les montrer :souvenirs terribles )amène les organisations humanitaires à intervenir . Mais l’aide humanitaire est détournée par le gouvernement qui en profite pour mener sa politique d’homogénéisation démographique.avec un déplacement forcé des éthiopiens qui provoque 200 000 mots .

 

 

Etats-Unis Brésil rôle mondial et dynamiques régionales

POUR PRÉPARER LE CHAPITRE ,

copier le titre sur une nouvelle page

visionner la vidéo et prendre des notes organisées que vous pourrez relire et comprendre

POUR RÉVISER LE COURS:

diaporama eleves E.UBrésil

le lien vers les bons profs :

dans les archives à gauche , vous avez aussi une page de schémas et une autre sur des liens pour approfondir !

et très utile pour le bac 

2 plans de composition pour vous aider :

sujet 1 : EU -Brésil , dynamiques territoriales

INTRO :Les États-Unis sont la première puissance du monde alors que le Brésil commence tout juste à s’affirmer à l’échelle mondiale, même s’il est depuis longtemps le leader de l’Amérique latine. Les dynamiques territoriales sont le processus à l’œuvre sur les territoires. Elles offrent de nombreux points communs et peuvent expliquer le rôle que ces pays jouent à l’échelle mondiale . Quelles sont alors les caractéristiques du territoire aux États-Unis et au Brésil ?Dans quelle mesure sont –elles comparables ?
Plusieurs plans sont possibles et les 2 groupes n’ont pas abouti au même . en voici ici « un neutre »qui n’est pas celui de mercredi et vise seulement à rappeler les connaissances de base .

I. Des pays « neufs » aux atouts importants
La maîtrise inégale d’un vaste territoire
• des pays vastes : 9,6 millions de km2 pour les États-Unis, 8,5 millions de km2 pour le Brésil. Cela leur permet de disposer d’importantes surfaces, utiles notamment pour l’agriculture => sont parmi les premiers producteurs et exportateurs mondiaux de produits agricoles. Le Brésil est considéré comme la ferme du monde. Ces deux pays ont également d’importantes réserves de ressources non renouvelables, notamment des hydrocarbures et des minerais.
• Le territoire est maîtrisé par les réseaux de transports aux États-Unis, alors que ce n’est pas le cas du Brésil. Cette maîtrise nécessite en effet d’importants moyens. les réseaux routiers et ferroviaires offrent des mailles assez lâches dans les zones de moindre densité :ex : les Grandes Plaines aux EU.Au Brésil, la Transamazonienne (entre l’Atlantique et le Pérou), symbole de la progressive intégration de l’Amazonie et de sa mise en valeur, se limite pour l’instant à une vaste route pénétrante, souvent non asphaltée et encore inachevée.
• conquête pionnière pour le peuplement => inégale répartition de la population .La population se déplace pour trouver un emploi ou améliorer ses conditions de vie : les espaces attractifs sont la Sun Belt et le Sudeste, les fronts pionniers au Brésil, du sud-est vers le nord-ouest. Ils se traduisent souvent par un défrichement de la forêt, l’appropriation des terres

II- Des inégalités territoriales
• L’essentiel des dynamiques territoriales repose sur les villes, notamment les métropoles.Elles sont des interfaces entre le territoire national et l’espace mondialisé Le taux d’urbanisation est de + de 80 % aux États-Unis et au ¬Brésil . São Paulo compte presque 20 millions d’habitants et produit 25 % de la richesse nationale. Mais les métropoles au Brésil sont moins nombreuses (triangle utile ) et surtout elles concentrent les contrastes socio-spatiaux (favelas et centres des affaires ). Aux Etats –Unis , les métropoles sont plus nombreuses et leur rôle mondial plus important .New York cumule pouvoir politique (siège de l’ONU), centre de la finance, des flux aériens, du commerce et de l’économie (par la concentration des sièges sociaux)., un étalement urbain et l’existence de différences socio spatiales=> paysage de CBD
• Les littoraux sont + développés ainsi que les espaces transfrontaliers même si ces derniers sont inégalement valorisés. Favorisés par l’Alena, ceux des Etats-Unis représentent des espaces moteurs de l’économie aux échanges nombreux (Mexamérique) . Le centre des Etats-Unis reste le nord-est structuré autour de deux pôles majeurs, la mégalopolis, centre décisionnel planétaire, et les Grands Lacs en reconversion depuis la crise industrielle. Mais le croissant périphérique est l’espace le plus dynamique (Floride, Texas , Californie , région autour de Seattle , la ceinture périphérique en raison d’un un fort essor démographique et économique.
• Le Brésil lui est caractérisé par des disparités spatiales très marquées : Le Sudeste est le centre du Brésil (70 % de la production industrielle) tandis que le Nordeste souffre de mal-développement (agriculture – pauvreté). Le Nord (L’Amazonie couvre 54 % du territoire brésilien) et surtout le Centre-Ouest sont dynamisés par la politique encouragée par l’Etat de conquête du territoire (élevage extensif ; culture du soja ..). Les périphéries sont des réserves de puissance. L’intérieur du territoire des Etats-Unis (Grandes Plaines, Rocheuses) est une périphérie peu peuplée qui, comme l’Alaska ou Hawaï, offre des ressources naturelles (pétrole, terres agricoles).
• Dans les 2 pays , la croissance se fait au détriment de l’environnement même si un effort de développement durable est aujourd’hui accompli.
Conclusion
Les dynamiques territoriales sont comparables au Brésil et aux États-Unis car elles reposent sur d’importantes ressources naturelles, une population dynamique et nombreuse, une forte métropolisation et des investissements massifs pour maîtriser le territoire. Cependant les États-Unis présentent une maîtrise plus grande qui leur permet de jouer un rôle mondial plus important alors qu’au Brésil, le potentiel n’est pas encore totalement exploité.

sujet 2 : EU -Brésil , rôle mondial

• 2 puissances très différentes de ce point de vue. Les États-Unis sont une grande puissance ou, selon la définition d’Hubert Védrine, une « hyperpuissance » sans équivalent dans le monde. Le Brésil appartient quant à lui à la catégorie des « pays émergents ». Clemenceau le qualifiait cruellement de « pays d’avenir qui le restera longtemps »…
La superpuissance américaine est-elle sur le déclin alors que  le Brésil émergent ambitionne d’accéder à un rôle mondial de premier plan ?

I. 2 Puissances économiques ouvertes sur le monde 
• Les EU : 3e superficie mondiale (9,6 millions de km²), mais aussi 3e population mondiale avec 316  millions d’habitants. 1er rang mondial,PIB de 17 000 milliards de $ Les États-Unis sont le 3e exportateur -L’agriculture américaine reste la première du monde, grâce à un complexe agro-industriel -et surtout le 1er importateur mondial. attirent investissements étrangers et les émettent Ils ont toutefois été fortement touchés par la crise économique née chez eux en 2007.puissance des FMN qui produisent en partie à l’étranger (ex Apple) exportent : elles sont à l’origine de nombreux flux de marchandises et de capitaux à l’intérieur des 3 aires de puissance
• 5e pays du monde par sa superficie (8,5 millions de km²), mais aussi par sa population, 200 millions d’habitants, Le Brésil est devenu la 7e puissance économique mondiale (PIB de 2 362 milliards de dollars). le Brésil représente 53 % du PIB d’Amérique du Sud. La croissance économique de 5 % par an, mais est fortement ralentie par la crise.poids faible de ses IDE / EU Cependant, les firmes brésiliennes progressent dans les classements mondiaux : déjà 8 sur les 500 premières en 2012… pays connu par l’agriculture qui dispose aussi des vastes espaces propres aux pays neufs 1er exportateur agricole et justifient son surnom de « ferme du monde »
•  L’insertion dans la mondialisation se fait donc encore clairement au bénéfice des États-Unis, même si le rôle mondial du Brésil s’affirme progressivement.
II. Hard power : un énorme déséquilibre
L’hégémonie diplomatique et militaire des EU Le hard power le budget militaire américain représente 45 % des dépenses militaires mondiales ! capacité nucléaire Les forces américaines sont présentes partout :flottes. réseau de renseignement Échelon Les interventions américaines dans le monde sont multiples et diverses
Les États-Unis occupent dans les grandes institutions internationales une place prépondérante. Le siège de l’ONU est à New York, celui du FMI et de la Banque mondiale à Washington. Ils disposent au FMI
Le Brésil : nain en phase de croissance  :Les dépenses militaires sont faibles mais ses capacités se renforcent. Par tradition non-interventionniste dans les affaires mondiales, le Brésil s’implique sous mandat de l’ONU (mission humanitaire à Haïti). une diplomatie active qui pousse ses revendications à une meilleure représentation mondiale (siège permanent au Conseil de sécurité), participe aux réunions du G20 et au BRICS .s’affirme en leader des pays en développement Son rôle mondial apparaît nettement en retrait.
La catégorie du hard power est à l’avantage quasi exclusif des États-Unis 
III. Soft power : entre contestation et émergence
• L’anglais comme les industries culturelles :le cinéma les séries TV promeuvent l’American way of life ’origine et contrôle des technologies du web :Facebook ;Apple qui en 2015 devance nettement samsung pr les portables ,attraction migratoire .A cause de cela le modèle américain est contesté par d’autres pays les États-Unis, en dépit de l’offensive de charme du président Obama ne bénéficient guère d’une image positive. C’est en revanche le cas du Brésil.
• Le président charismatique Lula a fait beaucoup pour faire connaître le Brésil dans les années 2000. Il a obtenu l’organisation de la coupe du monde 2014. Les Jeux olympiques de 2016 à Rio.Dilma Rousseff, poursuit depuis 2011 l’affirmation internationale du Brésil mais en atténuant le positionnement de rival et d’adversaire des EU .Le Brésil accroît également son aide publique au développement, axée sur des programmes sociaux, ce qui renforce son image positive dans le monde entier.
• En Amérique latine, une certaine rivalité qui s’est affirmée surtout dans les années 2000 : les EU n’ont pas réussi à étendre l’ALENA au reste de l’Amérique latine du fait du MERCOSUR dont le Brésil est leader . ensuite s’est formé l’UNASUR qui rassemble les pays d’Amérique latine : là encore rôle moteur du Brésil .
Conclusion : Les États-Unis sont bien une superpuissance alors que le Brésil est une puissance moyenne .la confrontation est en revanche intéressante en Amérique latine


POUR APPROFONDIR

Les Etats-Unis et le Brésil se sont développés à partir de leur côte Atlantique car leur histoire est liée à la domination Européenne (Anglaise, Espagnole, Française, Portugaise)

–> l’histoire de la constitution du territoire des Etats -Unis en animations flash http://beaugency.over-blog.com/page/42

–> une vidéo sur le barrage contesté Bel Monte https://www.youtube.com/watch?v=Ne37oJTdWj4

-> à l’occasion de la coupe du monde de football en juin 2014 , un bilan sur les forces et faiblesses du soft power brésilien: un article de slate.fr Avec Dilma Rousseff, le soft power brésilien a changé, mais il n’est pas mort

« Moins flamboyante, la diplomatie du Brésil, développée tous azimuts par Lula au début des années 2000, connaît quelques ratés, mais reste active ».

-> un article du Monde de fond sur les tensions entre Brésil et États -Unis au sujet d’internet Le Brésil mène la bataille contre l’hégémonie américaine sur le Web

–> Pour aller plus loin par un chemin de traverse : un webreportage sur le site Arte -tv :un voyage de Daniel Cohn Bendit dans le Brésil qui prépare la coupe du monde de football

http://http://info.arte.tv/fr/danys-day