A propos miihistoiregeo

professeur d'histoire- géographie dans un lycée de Périgueux

Terminale S : CHAP 2 : Les dynamiques de la mondialisation (8 – 9 heures)

SUR LA DIT ET LES AVANTAGES COMPARATIFS DE MAIN d’OEUVRE :

114628couts_salariaux_renault.png

POUR DES CONNAISSANCES ACTUALISÉES SUR LES TÉLÉPHONES MOBILES

https://www.lemonde.fr/planete/article/2016/10/01/le-sulfureux-parcours-du-telephone-portable-des-mines-aux-filieres-clandestines-de-dechets_5006655_3244.html

Cet article est le compte -rendu d’une difficile enquête menée par un groupe de sénateurs français et voici le titre de l’article : « Le sulfureux parcours du téléphone portable, des mines aux filières clandestines de déchets »

un extrait à propos du coût environnemental :

La phase de fabrication du téléphone, de l’extraction des matières première à l’assemblage, concentre plus de 80 % des impacts environnementaux (..) Très peu recyclés et exploités, ces matériaux – parmi lesquels figurent une quarantaine de minerais et métaux précieux – représentent pourtant une véritable « mine urbaine », notent les sénateurs. La carte électronique, surtout, contient de l’argent, du cuivre, de l’étain, de l’or, du platine, du palladium, du tantale, des terres rares et du tungstène ; l’antenne, du cuivre ; la batterie, du cobalt et du lithium ; et l’écran, de l’indium. Et ce en quantités non négligeables :

Un autre sur l’obsolescence programmée :

Au niveau du matériel, d’abord, les fabricants « s’ingénient à empêcher la réparabilité des téléphones ». Exemples : ces vis labellisées empêchant d’ouvrir et de démonter les appareils ; ou ces batteries intégrées, et donc non remplaçables, qui tendent à se généraliser. Sans compter la faible disponibilité de pièces détachées. Diverses techniques viseraient aussi à réduire la durée d’utilisation des téléphones, même s’il reste très difficile d’identifier ici des « stratégies délibérées » des fabricants : écrans fragiles, recherche insuffisante sur la robustesse et la durée de vie, connectique changeante et non standardisée…

De plus en plus répandue, l’obsolescence logicielle concerne ces mises à jour (de logiciels ou du système d’exploitation des smartphones) qui exigent plus de puissance et aboutissent finalement à un appareil plus lent, qui nous semble dépassé. L’obsolescence « marketing », enfin, désigne ces innovations plus ou moins utiles qui poussent le consommateur à l’achat, à coup de campagnes de publicités « agressives ». Conséquence de ces efforts combinés, les Français changent de téléphone portable, en moyenne, tous les deux à trois ans.

une vidéo du Dessous des Cartes dans sa version figée : 

http://ddc.arte.tv/nos-cartes/telephone-mobile-outil-de-developpement

et animée : https://www.youtube.com/watch?v=3Jx0-RZsf5A

SUJETS POSSIBLES :

Les sujets de composition suivants sont envisageables
‐ La mondialisation: acteurs, flux et débats.
‐ En vous appuyant sur le cas du produit mondialisé étudié en classe, présentez les acteurs et les flux de la mondialisation.
‐ Des territoires inégalement intégrés dans la mondialisation (espaces maritimes
compris).

Deux croquis peuvent être demandés :
‐ Pôles et flux de la mondialisation.
‐ Une inégale intégration des territoires dans la mondialisation.
L’analyse d’un ou deux documents (cartes, textes, images…) peut être demandée
à l’examen.

le cours

1-La mondialisation d’un produit et de son usage : le téléphone mobile 

câble sous marins https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/les-cables-sous-marins-autoroutes-vitales-de-l-internet-mondial-759055.html

En quoi le téléphone mobile est – il représentatif de la mondialisation ?

  • par les flux qu’il génère
  • par les inégalités de territoires qu’il fait apparaître
  • par les débats qu’il suscite concernant les enjeux sociaux et environnementaux de la production des téléphones mobiles .

le premier téléphone mobile est inventé par un cadre de Motorola en 1973. Mais ce sont les Japonais en 1979 qui inventent la 1 G . puis la 2 G est inventée par Nokia (Finlande) en 1991 puis la 3 G en 2001 au Japon  . LA 4 G est actuellement mise en place .

à la maison : réaliser un schéma :

1/surlignez les notions puis les lister sur une feuille à part . noter leur définition en quelques lignes pour être capable de les réutiliser dans une composition

2/surligner (discrètement)les éléments qui peuvent être représentés sur un schéma puis les lister et les organiser dans un schéma en plusieurs parties

Les acteurs de la mondialisation

Les flux

Les pôles

Lire la suite

Publicités

TRAVAIL Pour TERM S : travailler la mondialisation en composition

MÉTHODE : la composition en géographie

PRÉPARATION A FAIRE A LA MAISON  pour le 17 octobre ; CHACUN DOIT AVOIR SON PLAN DÉTAILLE INDIVIDUEL

préparez un plan détaillé INTRO ( phrase d’accroche / explication du sujet, « problématique » puis  le développement avec les titres de partie (I – II – III ) les sous titres + phrase et mots clés) sur 1 page en aérant et laissant un peu de place  sur la droite pour compléter) pour le sujet de composition suivant :

SUJET A « En vous appuyant sur le cas du produit mondialisé étudié en classe, présentez les acteurs et les flux de la mondialisation » (colonne côté porte)

SUJET B « La mondialisation : acteurs, flux et débats »(colonne centrale)

SUJET C « Des territoires inégalement intégrés dans la mondialisation (espaces maritimes compris)(colonne côté fenêtre)

Conseil méthodologique :

Pour un paragraphe structuré: le principe  « un paragraphe par idée, une idée par paragraphe »
– une première phrase qui contient l’idée générale développée dans le paragraphe.
– FORME : un alinéa pour le commencer mais sans retour à la ligne. Les arguments peuvent être introduits par un « connecteur logique ».
– CONTENU : Deux ou trois arguments développés à l’intérieur comprenant si possible une NOTION, un exemple précis : localisation en géographie.

 

 

 

 

Des schémas sont bien considérés mais

  • Inutile de répéter à l’écrit ce qu’ils expriment
  • Ils doivent être légendés simplement
  • Introduits par une phrase à l’intérieur du développement

 

décès de Marcelline Loridan -Ivens l’une des dernières survivantes d’Auschwitz

Voici un extrait de l’article hommage à Marcelin Loridan – Ivens dans le Figaro . Elle avait quinze ans quand elle fut déportée en avril 1944 dans le même convoi que celui de Simone Veil. Voici ici le lien de l’article complet . http://www.lefigaro.fr/livres/2018/09/19/03005-20180919ARTFIG00128-marceline-loridan-ivens-survivante-d-auschwitz-des-membres-de-ma-famille-auraient-prefere-oublier.php

● Sur la nécessité de témoigner

«Quand je témoigne dans les écoles, notamment, je demande que l’on montre un film. Pour que les enfants voient de quoi il s’agit et qu’ils ne restent pas que dans le langage, dans l’abstraction. L’image a une force que la parole n’a pas forcément. Il faut toujours témoigner, et c’est pour cela que j’écris et je fais des films. Parfois, je n’ai pas toujours été bien comprise, notamment par des membres de ma famille qui auraient préféré oublier. Vous savez, nous sommes moins de 200 qui vivent encore sur les 2500 qui sont revenus des camps. Nous étions 76.500 Juifs de France partis pour Auschwitz-Birkenau. Tant qu’on est là, il faut témoigner…

Je me souviens d’une femme qui s’appelait Marta, qui hurlait aux plus jeunes filles, en français, «Tenez le coup, vous devez raconter ce qui s’est passé ici…». Je voyais des enfants qu’on emmenait dans les chambres à gaz, on leur disait «Accrochez bien vos vêtements pour que vous puissiez les récupérer après». Je me souviens très bien d’une petite fille qui ne voulait pas lâcher sa poupée. Les bébés et les vieillards étaient envoyés en premiers…»

 

L’historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale COMPO :

Introduction:

Marcelline Loridan est morte dans la nuit du 18 au 19 septembre. Elle avait été déportée à Auschwitz et avait témoigné du traumatisme de la déportation; Cela nous rappelle que les témoins de la seconde guerre mondiale disparaissent et que le rôle de l’historien en est d’autant plus important pour éclairer cette période compliquée de notre histoire.

Problématique: Comment les mémoires de la seconde guerre mondiale se sont-elles construites et quel est le rôle de l’historien?

1)Le résistancialisme (1945-1969).

a)Résistancialisme Gaulliste.

Contexte: » un passé qui ne passe pas  » Vichy collaboration.

La bataille du rail.

Le mémorial du Mont Valérien.

Jean Moulin entre au Panthéon(1964) Malraux.

b)Le grand silence.

Silence des déportés historienne Wieviorka. 2500 seulement reviennent. Traumatisme.

Le public ne veut pas entendre. Livre de Primo Levi.

c)Le travail de l’historien difficile, un refoulement du passé.

Robert Aron, Le glaive et le bouclier.

Nuit et Brouillard, image du policier censurée.

2)L’après De Gaulle, le réveil de la mémoire juive.

a)L’éveil de la mémoire juive.

Eichman, procès à Jérusalem (la parole des témoins et des victimes).

Les négationnistes loi qui interdit les propos négationnistes.Gayssot

La parole se libère: Shoah Claude Lanzmann.

b)La vérité sur Vichy.

Paxton

Le travail de klarsfield

c)Le devoir de mémoire.

Le travail de recherche de Klarsfield, son association de fils et filles de déportés juifs de France, toutes les publications.

Les procès: Maurice Papon.

3)Le devoir de mémoire, la mémoire officielle.

a)L’État reconnait les crimes du passé.

Chirac: 1995 discours à l’occasion de la commémoration de la rafle du Vélodrome d’hiver.

Le mémorial de la Shoah. (financé par l’État)

Les Justes rentrent au Panthéon.

b)Les différentes mémoires ressurgissent.

Les Tziganes « peuple de l’oubli » internés dans les camps.

Le débat autour des malgré-nous et des travailleurs du STO.

c)Le travail de l’historien.

Partenaire des témoins.

Regard critique sur la mémoire et sur l’histoire Henri Rousso.

Une histoire qui continue de s’écrire ouverture des archives.

Conclusion:

Les témoins disparaissent mais le devoir de mémoire reste transmis notamment par l’État. L’historien a le devoir de rester indépendant et objectif.

Rédacteur: Paolo Bourges le meilleur.

 

 

 

L’historien et les mémoires de la seconde guerre mondiale en France

 EVALUATION

le contrôle ne durera qu’une heure .CE SERA UNE ECD le 25 septembre .

POUR REVISER :

un quizz pour s’entraîner :

http://nerval.lyc.ac-amiens.fr/spip_gdns/IMG/html/h1-2.html

QCM Magnard http://magnard.fr/ressources/9782210108868/hist-tesl_qcm158/SCO_hist-tesl_qcm158/player.swf

le cours avec le diaporama 

L’HISTORIEN ET LES MÉMOIRES

méthode 

fiche_composition

ECD :rappel de la méthode

20180917_173523[1].jpg

dans une introduction ne pas oublier de définir les termes du sujet  

Définir histoire / Mémoire : ce qui les différencie et les rapproche :

–          Histoire : c’est l’ensemble des événements du passé et le récit sur ces événements.

–          Mémoire : C’est la capacité à se souvenir, à mémoriser des images du passé : Caractère émotionnel, subjectif de la mémoire :il y a un processus de sélection , de reconstruction .

–          Mémoire privée : celle d’un individu

– Mémoire collective : celle d’  un groupe qui se reconnaît dans des souvenirs communs ; ce groupe peut faire pression. Une mémoire englobant tout un peuple peut aussi se construire : démarche volontariste .La multiplication des mémoires subjectives fait alors apparence d’objectivité, mais elle masque souvent les enjeux politiques ou sociaux du temps présent, déformant l’histoire.

  • la commémoration : La mémoire érigée en mémorial n’a plus rien à voir avec l’Histoire. l’Histoire ne doit pas « être la servante » de la mémoire.

Mémoire et histoire sont inséparables, on a besoin des deux ils nourrissent des échanges : les témoins du passé sont  une source de l’historien mais celui –ci peut les contredire .Il doit accomplir un autre travail : quête d’objectivité, de savoir, de connaissance :Quelles sont les méthodes de l’historien ? Travail sur des sources de l’époque , Lui – même n’est pas totalement objectif : sa quête dépend dans une certaine mesure de son accès aux sources (plus ou moins ouvertes) ; des influences de son temps ..)

 POUR RÉVISER AVEC DES VIDEOS  :

sur le site de l’INA , tout un parcours qui reconstitue notre progression

sur le mythe resistancialiste :http://fresques.ina.fr/jalons/parcours/0026/les-memoires-de-la-seconde-guerre-mondiale-en-france.html

Discours de De Gaulle http://www.ina.fr/fresques/jalons/fiche-media/InaEdu00004?video=InaEdu00004

rues de Paris rebaptisées

Malraux et Jean Moulin: http://www.ina.fr/fresques/jalons/fiche-media/InaEdu01277?video=InaEdu01277

Le travail des historiens :

sur Serge PAxton, une vidéo récente :https://www.franceculture.fr/histoire/comment-la-revolution-paxtonienne-a-bouleverse-notre-regard-sur-loccupation

http://www.ina.fr/fresques/jalons/liste/recherche/themes/ll/Seconde%20Guerre%20mondiale$M%C3%A9moire%20de%20la%20Seconde%20Guerre%20mondiale#2-9-date-desc

la Mémoire officielle :

http://www.ina.fr/fresques/jalons/fiche-media/InaEdu01248?video=InaEdu01248

sur la mémoire officielle actuelle :

le Mémorial de la Shoah :http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu04007?video=InaEdu04007

François Hollande panthéonise 4 résistants :

http://www.bfmtv.com/politique/direct-video-nouveaux-venus-pantheon-lhommage-hollande-a-resistance-717030.html

POUR SE CULTIVER :

bandes-annonce de l’époque du Réstancialisme non montrées pendant le cours 

La Grande Vadrouille (Gérard Oury, 1966 : énorme succès populaire)La grande Vadrouille les chaises musicales montre deux Francais ordinaires entraînés malgré eux dans des actes des résistance (aider des aviateurs anglais à fuir) Désormais on rit de l’Occupation, ce indique une mise à distance de la Guerre.

L’Armée des ombres (Jean-Pierre Melville, 1969 : beaucoup plus sombre et réaliste mais c’est le temps du tournant)

le tournant des années 70 :

Lacombe Lucien en 1974 Louis Malle : des résistants peu sympathiques , remise en cause du mythe resistancialiste aussi bien gaulliste que communiste . http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19554203&cfilm=447.html

POUR APPROFONDIR

une synthèse d’historiens sur la mémoire de la Résistance d’une part et la mémoire juive d’autre part :

http://www.ac-limoges.fr/hist_geo/accueil/squelettes/…/memoirehistoire.doc

http://www.histoire.ac-versailles.fr/spip.php?article615

sur les historiens de vichy et de la mémoire collective

La « révolution paxtonienne » (1973)

Sur Oradour et les Malgré nous :

– un article de fond qui décrit les origines et les aspects du contentieux http://www.rue89.com/2012/09/16/oradour-sur-glane-lalsace-et-le-limousin-se-dechirent-encore-235372

– un article sur une  actualité récente : la visite de François Hollande à Oradour

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/oradour-sur-glane-le-president-gauck-conscient-du-debat-sur-les-malgre-nous-alsaciens_1278688.html

pour illustrer l’idée que les historiens se « contredisent » se complètent …et qu’avec le temps , les points de vue évoluent , voici quelques lignes d’un article dont je vous mets le lien //http://www.marianne.net/La-France-a-t-elle-eu-la-memoire-qui-flanche%C2%A0_a224065.html

Un philosophe François Azouvi remet en cause la thèse de l’historienne Annette Wieviorka que nos avons vue en classe : « le grand silence »  .Selon lui

«Le génocide n’a jamais été absent de la mémoire française.» Il s’oppose ainsi à Serge Klarsfeld, Annette Wieviorka et quelques autres, y compris à certains de mes écrits (c’est H Rousso qui parle )- même s’il considère la mémoire de Vichy comme distincte de la mémoire de la Shoah en général, car ayant suscité, elle, de véritables silences officiels durant des décennies.Compte tenu de la place considérable occupée par la Shoah depuis une vingtaine d’années dans la conscience collective, eu égard au bruit qu’elle a suscité, un effet trompeur nous aurait fait voir une absence, un silence, là où tout simplement la présence de l’événement était d’une autre nature. Nos propres préoccupations morales, telle l’émergence d’un impératif du souvenir dans les années 80, nous auraient conduits à minorer la conscience que les contemporains avaient de l’extermination.  François Azouvi construit sa démonstration autour de l’idée que la prise de conscience de la singularité du génocide a été progressive et continue, «par cercles concentriques», s’exprimant d’abord dans l’opinion, pour passer ensuite dans l’espace public et déboucher enfin dans la sphère de l’Etat et de l’action politique. 

Dans une deuxième partie, François Azouvi s’intéresse à l’espace public,  un espace de discussion et d’expression(…). C’est à cette époque que Beate Klarsfeld puis son mari, Serge, commencent à dénoncer l’impunité des nazis en Allemagne et de certains de leurs anciens collaborateurs en France. A terme, leur action contraindra le gouvernement français à rouvrir le dossier de Vichy. Au début des années 60, le souvenir de la «solution finale» commence à devenir un problème public. Non à cause du procès Eichmann, en 1961, qui eut peu d’impact dans un pays alors en pleine guerre d’Algérie, mais à cause d’une pièce de théâtre, le Vicaire, de Rolf Hochhuth, jouée à Paris, le 9 décembre 1963. Elle met en cause de manière radicale l’attitude de Pie XII face à la Shoah et déclenche un scandale mondial (..). L’ampleur de la polémique déborde cette fois vers un plus large public et contribue à une forme de sensibilisation de masse. On pourrait ajouter qu’elle souligne l’importance des complicités actives ou passives dont les nazis ont pu bénéficier, un point malgré tout peu présent dans l’après-guerre.

 

L’Inde supplante la France comme sixième économie mondiale Paris

Article de Ouest France – Publié le 10/07/2018

voici un extrait de l’article :

Le Produit intérieur brut (PIB) de l’Inde a dépassé pour la première fois celui de la France en 2017, reléguant la France au septième rang des économies mondiales, selon le site de la Banque mondiale.

L’an dernier, le PIB de la sixième économie mondiale a ainsi atteint 2.597 milliards de dollars contre 2.582 milliards pour la France, selon des chiffres actualisés fin juin.

Ce chiffre confirme le rebond de l’économie indienne entamé à partir de juillet 2017, après plusieurs trimestres de ralentissement imputé à des mesures choc du gouvernement Modi.

Mais la population de l’Inde, qui talonne celle de la Chine et devrait devenir d’ici à quelques années la plus nombreuse de la planète, s’élève à 1,34 milliard d’habitants, contre 67 millions seulement pour la France.

Par habitant, le PIB en Inde reste par conséquent près de 20 fois inférieur à celui de la France, à 1.940 dollars contre 38.477 dollars, toujours selon la Banque mondiale.